Tout travail mérite une récompense, est-ce vraiment le cas ?

Le mérite s’entend habituellement comme un effort digne de récompense « eu égard aux difficultés surmontées » (Larousse).
Il semble ainsi toujours supposer[…]

Tout travail mérite une récompense ?

travail et recompense

Le mérite s’entend habituellement comme un effort digne de récompense « eu égard aux difficultés surmontées » (Larousse).

 

Il semble ainsi toujours supposer, la reconnaissance de la part d’un tiers : reconnaissance positive, honorant l’effort et la réussite d’une action, reconnaissance négative, signalant un écart, reconnaissance matérielle (rétribution financière, en nature) ou immatérielle (distinction).

 

Dans tous les cas, ces formes de reconnaissance du mérite se manifestent dans un horizon temporel variable : immédiatement, dans un futur proche ou un avenir plus lointain.

 

A la fin d’un spectacle, vient le temps de la reconnaissance : du silence d’indifférence à la standing ovation. Récompense plus immédiate que celle qui sanctionne l’investissement exceptionnel dans un projet de longue haleine.

MÉRITE = DIFFICULTÉS DÉPASSÉES ?

L’expérience des succès et échecs inspire l’humilité : même quand nous avons l’impression d’incliner du côté du mérite en pensant avoir accompli tout ce qu’il fallait faire, voire plus ou mieux qu’il ne fallait faire, pouvons-nous croire que nos efforts seront reconnus, « dans la foulée » et convertis en bien monnayable ?
Le croire nous fait courir le risque de la frustration, de la déception, la perception de l’effort étant souvent subjective.

 

Comment, alors, attendre ou espérer «raisonnablement» ?
Le manager a à cet égard un rôle à jouer : saisir l’occasion d’un dialogue avec son collaborateur pour faire émerger une représentation partagée de la contribution de celui-ci, échanger sur ses petites et grandes victoires, identifier les difficultés dépassées, se mettre d’accord sur la réalité des efforts et, parfois, canaliser l’impatience de la récompense.

Alors concrètement ?
3 questions à se poser :

□ Avons-nous, mon collaborateur et moi-même, la même perception de ses efforts ?
□ Comment nous accorder sur ce qui mérite a priori récompense ?
□ Quelle forme de reconnaissance attend-il ?

Par Valérie Bergère

Partagez ce contenu :

Related Posts

Commentaires