Pas de progrès sans feedback

A la question « quelle est mon influence sur mon équipe ? », de nombreux managers ont du mal à répondre. Et si la réponse était sous leurs yeux, tous les jours ?

Pas de progrès sans feedback

feedback

A la question « quelle est mon influence sur mon équipe ? », de nombreux managers ont du mal à répondre. Et si la réponse était sous leurs yeux, tous les jours ?

 

Rappelons-nous l’origine du mot « feedback » : rétroaction.

Durant la seconde guerre mondiale, Norbert Wiener, mathématicien et père de la cybernétique, travaille à l’automatisation d’un dispositif de défense anti-aérienne ; il met au point un mécanisme d’auto-régulation du canon, mesurant l’écart entre le point d’impact du tir et sa cible, afin de réduire cet écart à zéro.

 

Cette notion de retour d’information ou « feedback » est ensuite étendue au domaine de la communication.

Ainsi le feedback, c’est une information qui revient en permanence, en résultat de notre action : on ne peut pas ne pas en recevoir !
Mais on peut l’ignorer…

A nous donc de l’observer, l’entendre, l’analyser, bref d’en tirer les leçons.

 

Qu’observer dans ce flux continu, pour ajuster le tir en tant que manager ?
Peut-être, être attentif à l’humeur d’un collaborateur quand il quitte mon bureau après un échange sur ses difficultés.

 

Ou bien, noter si l’équipe m’a entendu sur les priorités que j’ai définies et si elle adapte son travail en conséquence.

 

Ou encore, être à l’écoute des questions récurrentes de mon équipe : elles m’indiquent que je n’ai peut-être pas suffisamment partagé la vision ou levé des freins.

Partagez ce contenu :

Related Posts

Commentaires