Pourquoi s’aventurer hors de l’équipe

Dans des entreprises complexes, la qualité de collaboration entre entités et entre personnes est une clé du succès. Pourtant le fonctionnement en silo est encore répandu. Comment faire de […]

Pourquoi s'aventurer hors de l'équipe ?

homme seul écrit

Dans des entreprises complexes, la qualité de collaboration entre entités et entre personnes est une clé du succès. Pourtant le fonctionnement en silo est encore répandu. Comment faire de l’attitude collaborative un réflexe ?

 

Les grands projets collaboratifs peuvent nous mettre sur une première piste. Connaissez-vous celui de l’association Club Concorde ?

 

Elle réunit d’anciens pilotes, des clients et affréteurs, venus de tous horizons mais unis par la même passion et un rêve : faire revoler l’avion mythique (déjà né, à l’origine, d’une collaboration franco-britannique). Ensemble ils ont collecté la somme de 160 millions de livres et espèrent faire décoller le Concorde en 2019.

Ainsi, collaborer c’est participer à l’élaboration d’une œuvre commune ; c’est voir son travail comme interdépendant de celui des autres, dans un maillage des petites missions qui font la grande œuvre.

 

Une seconde piste est celle de l’équilibre gagnant-gagnant : nous collaborons plus facilement quand nous sentons que chacun a son rôle et son gain dans l’échange. Ainsi les dauphins et fous du Cap chassent ensemble ; les deux équipes se suivent, l’une en l’air l’autre sous l’eau, jusqu’à repérer un banc de sardines ; les dauphins poussent alors les poissons près de la surface, tandis que les fous plongent à la verticale. Chacune des deux espèces prédatrices a besoin de l’autre pour une bonne prise.

 

Finalement, le réflexe collaboratif vient quand nous voyons clairement notre intérêt à travailler avec l’autre, dans un projet partagé. Est-ce possible sans connaître l’autre, et le rôle qu’il peut jouer dans la collaboration ?

 

C’est le sens des parcours d’intégration chez Nokia, par exemple : chaque nouvel arrivant est invité à rencontrer des collègues au-delà de son service pour identifier les rôles de chacun et les motifs à travailler ensemble. Les managers peuvent aussi inviter dans leur réunion d’équipe des collaborateurs d’autres départements.

But commun, équilibre gagnant-gagnant et connaissance mutuelle font pencher la balance vers une conviction mobilisatrice : ensemble on va plus loin.

Par Valérie Bergère

Partagez ce contenu :

Related Posts

Commentaires